7 conseils pour s'installer comme professionnel de la santé

S'installer pour la première fois en activité libérale de santé nécessite d'élargir son domaine de compétences au delà de sa spécialité. Quelques recommandations pour bien démarrer.

7 conseils pour s'installer comme professionnel de la santé en activité libérale

L’activité libérale est souvent appréciée des professionnels de santé.

L’activité libérale reste une entreprise individuelle.

Il faut donc prendre en compte immédiatement que ce n’est pas un rêve mais plutôt un challenge, car vous allez travailler. Vous serez le praticien, le secrétaire administratif, le chargé de communication, le comptable… Avec un objectif principal avoir suffisamment de patients pour en vivre. Nous allons voir ici comment, grâce à quelques conseils, vous pouvez prétendre demain à gagner votre vie dignement en pratiquant votre activité de santé.

1. Une activité libérale de santé est d’abord une entreprise

Être thérapeute en profession libérale dans le domaine de la santé, c’est, avant tout, proposer un service à des patients. Si vous n’avez pas assez de patients ou pas assez de rendez-vous, votre activité ne tournera pas suffisamment. Si votre chiffre d’affaire n’est pas au rendez-vous, vous ne vivrez pas de votre savoir-faire. Au mieux vous paierez vos charges. La bonne gestion de votre entreprise vous permettra de bénéficier d’un salaire. Être en capacité de bien gérer son entreprise est la garantie d’une entreprise pérenne.

La gestion est un métier à part entière, même si cela parait facile, les modules de formation de gestion ne sont souvent pas suffisants. Par contre, vous pouvez bénéficier notamment de formations complémentaires en gestion et avoir de nombreux conseils en faisant partie d’une association de gestion agréée. Celles-ci proposent souvent un nombre important de formations sur ce type de thématique. N’oubliez pas, votre but principal est d’être un professionnel libéral de santé et c’est le bon fonctionnement de votre activité qui est garant de votre réalisation et de votre propre santé.

2. Bâtissez votre réseau professionnel

A. Un réseau de professionnel de santé

Vous allez devoir bâtir votre réseau professionnel de santé constitué de confrères ou consœurs avec de l’expérience et qui seront, soit complémentaire à votre activité, soit qui auront la même activité que vous, mais qui ne peuvent pas satisfaire la demande quotidienne par manque de place ou de temps dans leurs agendas. Prenez le temps de les appeler, de les rencontrer, d’échanger avec eux, vous serez souvent surpris par leurs problématiques et contraintes. À vous peut-être de leur apporter une nouvelle idée ou solution.

B. Un réseau extra professionnel

Il est important aussi d’avoir une vie sociale, tout aussi important de ne pas vous replier sur vous-même. La meilleure publicité c’est quand on parle de vous et que l’on vous recommande. Il est donc important d’être ouvert aux autres, que ce soit dans un cadre associatif, sportif, amical, vous représentez ce que vous êtes : un professionnel de santé libéral avec une spécialité, une pratique et vous verrez beaucoup de personnes qui s’intéresseront à vous par sympathie et plus tard, si votre pratique est à la hauteur de leur attentes, ils vous recommanderont.

C. Les réseaux sociaux

Autre levier incontournable : les réseaux sociaux. Vous partez de zéro il va falloir mettre vos préjugés dans votre poche en faisant de votre activité une réussite. Aujourd’hui le nombre de thérapeutes sur les réseaux sociaux se multiplie.

Les réseaux sociaux rapprochent. Avoir une page Facebook professionnelle ou un compte Linkedin est aujourd’hui une chance supplémentaire de faire de la veille sur ce qui se passe dans votre sphère professionnelle. Vous êtes dans votre cabinet toute la journée et même si vous avez des patients, votre présence sur les réseaux sociaux vous ouvre une fenêtre vers l’extérieur. Quelques exemples :

  • S’informer à but professionnel via les groupes thématiques
  • Interagir sur des sujets dont vous êtes experts
  • Faire la promotion de votre cabinet ou de votre activité
  • Communiquer sur les évènements où vous êtes présent
  • Rester en contact avec la sphère des syndicats professionnels
  • Avoir accès à des publications de professeurs ou d’experts dans votre domaine

Cette liste n’est pas exhaustive. Votre objectif reste professionnel dans le cadre de votre activité. 

3. Avoir des droits et des devoirs

Être professionnel de santé en profession libérale exige une connaissance aiguë des responsabilités qui vous sont imputées. Pour cela une phrase explique très bien l’idée : « nul n’est censé ignorer la loi ». Ce que cela signifie : qu’une personne ne peut généralement pas se défendre d’une action qu’on lui reproche en disant qu’elle ignorait la loi. Voici quelques exemples non exhaustifs :

  • L’accessibilité de votre cabinet aux personnes à mobilité réduite
  • Protéger les données personnelles de vos patients
  • Avoir un logiciel et des sauvegardes dans un environnement Agréé données de santé
  • Applique le RGPD au sein de votre cabinet
  • Pouvoir rendre et supprimer les données concernant vos patients
  • Avoir un système de facturation numéroté inopposable
  • Pouvoir faire des factures d’avoir lors d’un remboursement
  • Etre en capacité de fournir tout élément administratif à l’administration fiscale
  • Etre en capacité de fournir tout élément de consultation en cas de litige judicaire…

A L’inverse dans la même idée vous devez bien connaitre vos droits ! Ce qui dans l’absolu peut vous éviter les frasques dites “du débutant” : dépense injustifiée ou encore passer à côté des aides à l’installation ou des abattements fiscaux, notamment avec les Association de gestion agrée (que nous vous conseillons de prendre, dès votre installation en cabinet libéral). Pour cela informez-vous sur les démarches administratives via Internet, le mieux et afin d’avoir des sources fiables nous vous conseillons de vous déplacer en personne dans les organismes comme :

  • les Impôts (centre des finances publique)
  • URSSAF (Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations)
  • la CIPAV (Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse)
  • Pôle emploi
  • Chambre de Métiers et de l’Artisanat
  • A.G.A (Centre de gestion agrée)

Parfois on peut penser que toutes ces démarches fastidieuses sont une perte de temps, mais en finalité vous y gagnerez. Informez-vous aussi gratuitement auprès des notaires ou avocats le premier rendez-vous est gratuit.

Avoir des conseils administratifs, fiscaux ou juridiques professionnels a une utilité première. Cela vous permet de faire par la suite des économies. Il est judicieux d’avoir des conseils juridiques et fiscaux de la part d’un avocat lors de l’ouverture de votre entreprise, en fonction de votre plan à court, moyen et long terme, vous obtiendrez des conseils sur le statut juridique à privilégier et la fiscalité qui en découle. Cela vous évitera certainement de nombreuses déconvenues. Vous pouvez bénéficier aussi de conseil via votre syndicat professionnel, souvent compris dans le prix de l’adhésion.

4. La communication, tabou des professionnels de santé

Ha ! La communication !
Loin de la réclame publicitaire des années 80 la communication est un des leviers indispensables à la réussite de votre activité. Gardez cette phrase de William Shakespeare à l’esprit : « Être ou ne pas être, t’elle est la question ». Comment vais-je soigner des personnes, si c’est personnes ne savent pas que j’existe ? Je vous entends déjà d’ici vous écrier : « Oui, mais l’éthique dans tout ça ? »

Stop !

La communication et la publicité sont deux choses différentes. La communication est aussi importante pour vous que pour vos futurs patients. Vous faites partie intégrante du parcours de santé. Vous allez rediriger vos patients vers des confrères spécialisés et ils feront de même. Imaginez un hôpital ou une clinique sans site Internet, sans numéro de téléphone, sans moyen de communication ?

Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir des outils gratuits pour pouvoir communiquer comme Googlemybusiness qui vous présentera et donnera à vos patients, ou futurs patients, les moyens de vous contacter. De vous permettre de connaître les autres praticiens dans votre quartier ou sur votre territoire afin de les rencontrer et de mieux travailler. Cela peut vous permettre à plus long terme de louer un cabinet dans un groupement de praticiens ou encore de créer votre propre groupement de santé.
Soigner, c’est votre métier et c’est bien normal que vous deviez en vivre. Et puis il y a une maxime de base à connaitre : « Ne pas communiquer est la pire des communications ». Certains payent encore pour s’être tû…
Votre entreprise doit :

  • Être viable et pérenne,
  • Exister et être reconnue à travers son savoir-faire,
  • Proposer des solutions à des maux ou des pathologies.
  • Permettre à vous et votre famille de vivre

Appliquer une stratégie de communication éthique est une priorité indispensable que le professionnel de santé doit bâtir et appliquer.  

5. Apprendre à gérer sa trésorerie

Une bonne gestion de votre trésorerie au quotidien est cruciale. Une bonne trésorerie permet d’avoir une entreprise saine. La première échéance arrive au moment du bilan. Vous devez mettre de côté toute les prestations sociales dont vous êtes exonéré les premières années, anticiper les chiffres d’affaires d’une année à l’autre et leurs régulations.

Préparez-vous au rattrapage fiscal sur les années antérieures. L’administration Française fonctionne en décalage d’une année sur l’autre. Cette mécanique est à intégrer rapidement sous peine de se retrouver à travailler pour rembourser les sommes dûes déjà dépensées.

Là encore, votre expert-comptable ou votre A.G.A reste votre meilleur allié. Nous vous recommandons d’avoir une relation étroite avec eux, afin de tirer les meilleurs partis de leurs services, conseils juridiques et fiscaux sans oublier leurs formations.

Restez vigilant à avoir une trésorerie saine et sécurisante pour le futur de votre activité. Il y va, non seulement de la santé de votre entreprise, mais aussi de votre santé mentale.

6. Avoir une gestion administrative efficace

En termes de gestion administrative, les conseils que nous pouvons vous donner sont de :

  • Trouver les bons interlocuteurs et garder le contact
  • Payer vos cotisations en temps et en heure
  • Si vous n’avez pas la trésorerie, appelez et négociez un échéancier
  • Évitez les relances coûteuses

Nous vous recommandons de tenir un agenda administratif avec les dates de courrier des demandes de cotisations, les dates limites de paiement, les échéances etc. De façon à tout prévoir. C’est dans la rigueur personnelle que l’on devient libre.

Si vous prévoyez, il n’y aura pas de surprise et ça deviendra une routine.

7. La formation tout au long de la vie

Sous couvert que vos cotisations URSSAF soient à jour, vous cotisez pour des budgets formations, indispensables à votre perfectionnement ou à une diversification complémentaire à votre activité. Un professionnel de soins se doit d’améliorer sa ou ses pratiques tout au long de sa vie professionnelle.

Il doit, dès que possible, capitaliser sur ses compétences et investir dans de nouvelles pratiques afin de préparer l’avenir et être toujours au top.

Un nombre incroyable de formations complémentaires ou spécialisées existent dans votre domaine. Il serait vraiment dommage de ne pas en profiter.


Articles similaires